cyberwatch trampolino

Les solutions pour que la France devienne une start-up nation

Le co-fondateur de Cyberwatch, avec la collaboration d’autres star-uppers a organisé le 23 octobre Trampolino. Ils ont découvert les problèmes qui ne permettent pas à la France d’être une ‘start-up nation’. Cela concerne surtout l’écosystème français. Et ils ont proposé aussi des solutions pour faire face à cela.

Ces dernières années, les jeunes pousses jouissent de différentes mesures qui les incitent à se développer. Toutefois, cela ne suffit pas encore. Avec l’assistance du Medef, ce collectif de start-ups avance des propositions concrètes. Il invite aussi d’autres start-uppers à donner leur avis et à œuvrer de manière collaborative afin de faire avancer leur projet et pour que la France devienne une ‘start-up nation’.

Un problème relatif à la bureaucratie administrative

Les démarches administratives en France représentent un véritable problème. On peut citer dans cela le fisc et l’URSAAF. En plus, l’acquisition d’aides est aussi très difficile. À titre d’exemple, 90% des start-ups n’ont pas le statut de ‘Jeunes entreprises innovantes’, car elles ne disposent pas d’un ratio adapté de R&D (recherche et développement). Or, il faut souligner que la R&D par exemple constitue seulement 5% du chiffre d’affaires d’Apple, qui est une entreprise innovante.

Il faut alors mettre en place un statut spécial pour les start-ups en utilisant entre autres comme base les critères employés par le Fonds national d’amorçage et l’OCDE. La solution serait de proposer une règlementation simplifiée pour permettre d’avancer, sans craindre de se faire contrôler ou de se faire sanctionner. L’État devrait aussi accorder aux start-ups le droit d’être des outils d’expérimentation.

Actuellement, le collectif de start-ups conçoit une plateforme collaborative de financement afin de trouver un moyen de centraliser des financements convenables peu importe leur provenance : privé, public, national, local, européen…

L’amélioration des relations entre grands groupes et start-ups

Les start-ups arrivent souvent à vendre à l’international. Mais décrocher un contrat au sein d’un grand groupe est parfois impossible ou peut prendre des mois. La solution dans cette situation c’est d’organiser des ‘demo day’ thématiques en collaboration avec les grands groupes pour faire découvrir les offres et simplifier l’accès aux appels d’offres et aux directeurs d’achats. Pour 2016, le collectif songe à organiser une demi-douzaine grâce au soutien du Medef.