start up

Comment fonctionnent les start-ups françaises ?

Les start-ups sont la nouvelle génération d’entreprise. Ses dirigeants sont des entrepreneurs expérimentés dont la moyenne d’âge est de 40 ans. 51% d’entre eux se disent des ‘serial-entrepreneurs’. Le modèle qu’ils ont conçu pour leur entreprise s’appuie sur le partage de la valeur et la fidélisation des collaborateurs.

Les start-ups numériques sont subventionnées par des business angels ou des capitaux-risqueurs. Ils affichent une croissance importante de leur chiffre d’affaires et de leurs effectifs. D’après les spécialistes, elles sont constamment en mouvement et doivent toujours se réinventer, embaucher et fidéliser leurs employés.

Le CDI, le contrat privilégié des start-ups numériques

Les start-ups numériques recrutent beaucoup. Selon un sondage touchant 171 entreprises, celles-ci ont créé 2232 emplois l’année dernière dont 1476 en France. Peu importe leur taille, elles envisagent de se développer à l’international. Les observateurs constatent que pour un emploi créé dans un pays étranger, 2 sont créés dans l’Hexagone. À l’international, les jeunes pousses recrutent spécialement des commerciaux. Par contre, en France, ils embauchent surtout au niveau des fonctions de support et de développement.

Parmi les profils les plus désirés, il y a les développeurs IT, les analystes, les business développeurs et enfin des commerciaux. Concernant les contrats, 92% des postes sont des CDI (Contrats à durée indéterminée).

Le partage de la valeur

93% des start-ups numériques se servent des instruments de capital afin de fidéliser et motiver leurs salariés : actions gratuites, BSPCE, BSA, stock-options… Toutefois, la plupart d’entre elles (98%) n’ont jamais réalisé une distribution de dividendes. Le secteur des start-ups numériques se base sur la croissance. Elles réinvestissent continuellement leurs bénéfices afin de trouver d’autres parts de marché. Donc, elles ne distribuent pas de dividendes avant la cession de la société. En général, les dirigeants et les salariés de start-ups numériques détiennent 48% du capital. 34% du personnel possèdent des outils de capital.

Quant au ratio moyen entre employés du personnel et du management, il n’est que de 2.3. C’est un petit écart qui diffère de la dichotomie des employés par exemple au sein des sociétés du CAC 40. Les dirigeants des start-ups numériques ne font pas fortune via leur salaire, même s’ils sont mieux payés que leurs employés. Tout comme ces derniers, ils s’enrichissent lorsque les actions sont rachetées.